Marseille continue d’attirer de nombreux projets d’investissement immobilier ou d’être récompensée pour son dynamisme et son attractivité. Les derniers exemples sont la pose de la première pierre de l’hôtel Toyoko à la porte d’Aix, ou l’obtention du label « French Tech » faisant de Marseille la première métropole numérique du sud de la France.

Investissement immobilier à Marseille

Norimasa Nishida, président fondateur du groupe Toyoko Inn et les élus locaux poseront, le 8 décembre, la première pierre de l’hôtel Toyoko Inn, à la porte d’Aix.

Ce 2 étoiles de 231 chambres (6.624 m2 sur 7 étages, avec 2 niveaux de parking en sous-sol) conçu par le cabinet marseillais Tangram Architectes verra le jour entre l’avenue du Général Leclerc et la place Marceau, juste en face du nouveau terminal de l’autoroute. Ce sera le premier établissement réalisé par l’enseigne nippone hors d’Asie. Cette dernière qui investit environ 20 millions d’euros dans l’opération a d’ailleurs décidé de faire de la cité phocéenne sa rampe de lancement sur le marché européen. L’hôtel accueillera en effet le siège de sa filiale du vieux continent.

Les travaux devraient durer environ deux ans en vue d’une ouverture au début 2017.

Aix-Marseille : métropole numérique labelisée « French Tech »

marseille

L’objectif du label « French Tech » est de faire émerger en France les futurs Google ou Facebook. Ce label vient d’être décerné  au territoire Aix-Marseille reconnu de fait comme la première métropole numérique du Sud de la France.

Cette labellisation récompense l’union réussie entre d’une part la CPA (Communauté des Pays d’Aix), MPM (Marseille Provence Métropole) et la Ville de Marseille, et d’autre part les neuf projets « d’accélérateurs » et leurs partenaires. Le tout s’articule autour du Pôle Média de la Belle de Mai, du technopôle de Château-Gombert à Marseille ainsi que du technopôle de l’Arbois et du site de la Constance à Aix-en-Provence. Cet «écosystème numérique» a un poids local important avec ses 40 000 emplois, soit autant que l’économie portuaire.

Outre le fait d’avoir mené cette candidature de concert, deux éléments ont joué en faveur du territoire : l’ouverture sur la Méditerranée et la « fertilisation » croisée entre économie et culture incarnée par le succès de Marseille Provence 2013. « Aix-Marseille French Tech » qui cible trois directions (l’économie, l’aménagement et la qualité de vie des habitants) verra donc dans les 10 ans son réseau de start-up en plein essor se densifier.