Dans un article de l’OPINION paru le 27 octobre 2016, la journaliste Mireille Weinberg revient sur les avantages du Pinel Ancien et les moyens d’accéder à ce dispositif, en rappelant la nécessité de s’adresser à un spécialiste de l’immobilier ancien. Extraits

RAPPEL DU MECANISME DU PINEL ANCIEN

spéciaiste de l'immobilier ancien« Le dispositif Pinel dans l’ancien autorise un double avantage fiscal : la réduction d’impôt Pinel classique et la déduction de certains travaux au titre des déficits fonciers. Focus sur un dispositif méconnu, qui va ravir les amoureux de l’ancien. 

On connaît l’investissement Pinel dans l’immobilier neuf – qui a pris la relève du dispositif Duflot – mais on connaît moins son cousin, le régime Pinel dans l’ancien. Il offre toute une série d’avantages, au premier rang desquels, pour les amoureux de l’ancien, d’investir dans les centres-villes historiques et avec plus de charme et de cachet que dans le neuf.
Les offres sur le marché sont beaucoup moins fournies que dans le neuf, parce qu’ici ce ne sont pas des gros promoteurs qui sont à la manœuvre mais des plus petites structures, parfois provinciales, spécialisées dans la rénovation de l’immobilier ancien. »

Comme pour le Pinel neuf, il s’agit d’acheter un appartement pour le louer, pendant six, neuf ou douze ans. Votre locataire peut être de votre famille mais il doit répondre aux conditions de ressources imposées par la loi. Les loyers sont également plafonnés. Fiscalement, le Pinel ancien cumule deux régimes fiscaux : celui traditionnel de la réduction Pinel et celui des déficits fonciers.

Sur le prix de revient (travaux effectués et prix du foncier de votre appartement), vous bénéficiez de l’avantage fiscal Pinel classique, à savoir une réduction de 21 %, 18 % ou 12 % selon la durée de location de six, neuf ou douze ans. Le tout, dans la limite de 300 000 euros, soit une réduction maximale de 63 000 euros sur douze ans, de 54 000 euros sur neuf ans ou de 36 000 euros sur six ans.

Mais ce n’est pas tout. Certains travaux effectués dans les parties communes peuvent être déduits au titre des revenus fonciers. »

SELECTION DE L’OPERATEUR, SPECIALISTE DE L’IMMOBILIER ANCIEN

« Comment bien choisir ? Comme pour tout achat dans l’immobilier locatif, il faut un emplacement de bonne qualité, un marché locatif dynamique dans la ville choisie et un prix d’achat cohérent avec le reste du marché local.

Il convient également de s’attarder sur la qualité de l’opérateur, généralement de plus petite taille et beaucoup moins connu que les Bouygues et autres Kaufman & Broad. Il doit d’abord être un spécialiste de l’immobilier ancien ; cela ne s’improvise pas et demande un savoir-faire spécifiqueVous pouvez aussi vérifier les garanties qu’ils vous apportent, en plus des garanties légales. La garantie d’achèvement des travaux par exemple, la garantie du prix ferme (s’il y a des surprises pendant les travaux, elles ne sont pas mises à votre charge), voire une garantie juridique si le fisc vous titille. »

Retrouvez l’article complet ici